Compte-Rendu UTAT 2012 : Ultra Trail Atlas Toubkal

 

UTAT (Ultra Trail Atlas Toubkal) 2012

105 km - 6500 m D+

Pas moins de 8 cols (tizi) dont 4 à 3000 m et plus, (Tizi n'Tarahate à 3456 m).

 

Nous sommes le 03 Octobre 2012 veille du départ du 105 Kms (6500 MD+) et jour du départ direction l'aéroport de MARRACKECH (MAROC) pour ma participation à l'UTAT.

 

 

06H30, je suis à l'aéroport de LYON St Exupéry, bagages enregistrés et me voilà dans l'avion à quelques minutes du décollage, c'est parti direction le MAROC, trois heures de voyage avant d'arriver sur le tarmac de l'aéroport de MARRACKECH, il est 07H30 heure local (deux Heures de moins) Température extérieure 17 ° C, la journée va être longue et chaude.

 

Bagages récupérés, j'attends la navette de l'organisation qui vient me récupérer pour 10H00, en attendant je pars échanger quelques euros contre des dirhams.

 

Puis appel de l’organisation tout le monde est là et je constate la présence de Maud GOBERT qui prendra le bus avec nous.

 

Nous voilà partis en direction de la station de ski de l’OUKAMEIDEN où nous allons passé 3 jours et 4 nuits.

 

L’ambiance est bonne, on s’échange quelques mots entre coureurs.

 

Nous voici arrivés, et nous allons prendre place dans nos quartiers enfin dans nos tentes Berbères des chambres de 6 personnes, il y a beaucoup de vent sur le site avec du soleil mais tellement de vent que la chaleur nous ne le sentons même pas, faut dire que nous sommes en altitude aussi.

 

Il est quatorze heures direction les petits restaurants où les locaux cuisinent essentiellement des Tajines, je m’en commande une, super bon, riche en épices, super beau avec toutes ses couleurs et une odeur incroyable, tous les sens sont en émois.

 

Puis je repars en direction de ma tente et m’allonge quelques minutes avant d’accueillir un autre coureur qui dormira lui aussi dans ma tente et qui deviendra un ami (Chérif YOUSSFI).

 

 

Nous ne serons que trois dans notre tente, le vent ne cesse de souffler aucune accalmie en vue, il refroidit les ardeurs de chacun, impressionnant.

 

Nous sommes appelés pour manger, pareil sous tentes, le repas sera des pâtes avec en entrée une soupe chorba comme ils appellent là bas et en dessert je ne sais plus, on fera la connaissance d’autres coureurs et sympathisera avec eux (John, Damien, Jean-Julien) puis direction une bonne nuit de sommeil car départ à 5 h du matin enfin une bonne nuit qui fût courte car il a fait froid, du vent à décorner les bœufs toute la nuit et le réveil qui vient sonner, je suis à coté de mes pompes je me rends tant bien que mal au petit déjeuner encore dans le vent puis c’est la préparation pour la course.

 

Nous partirons en même temps que les participants du marathon oui car plusieurs formats de course un 105 (l’UTAT) – 42 (Marathon de l’ATLAS) – 26 (la Virée d’IKKIS) ou alors le challenge du HAUT 42 + 26 le lendemain.

 

Après avoir été bipé me voilà dans le sas de départ je suis en queue de peloton. Ca y est le départ est donné, premier obstacle après à peine deux mètres un petit ruisseau a passé sans se mouiller les pieds sinon le calvaire va commencer vu qu’il fait pas chaud en ce début de journée.

 

Me voilà bien parti, j’ai remonté mon départ en queue de peloton sans forcer je sens que je suis bien et paf à ce moment là mon sac s’ouvre et voilà tout mes effets par terre, tout ce que j’ai remonté voilà que je reperds tout, pas de stress je me dis que 105 kms c’est long, donc je le prends bien et me dis que ce sont les aléas de la course !!!!!.

 

Allez mon sac refait je repars je suis loin loin du groupe de tête, je repars sans me prendre la tête et nous commençons à monter le versant d’un plateau par des pistes de 4x4 sinueuses 8 kms de piste montante pour 450 D+ pour arriver au sommet surun "faux plat" en crête, à travers un panorama à couper le souffle : soleil levant, sur la vallée qui mène à l’Oukaïmeden et la plaine de Marrakech avant de basculer dans la vallée où l’oued Ourika prend sa source, pour rentrer en haut pays berbère, la descente 2 kilomètres par le même sentier 4x4 nous emmènent au premier village Agouns où nous atteignons le premier sentier de l’Atlas, déjà des habitants dehors qui nous encouragent et nous font signent.

 

 

Je passe même dans un groupe de huit enfants qui me font une haie d’honneur dont un essaiera de me prendre ma casquette RAIDLIGHT accroché à mon sac mais en vain, j’ai été plus rapide que lui et il prendra la fuite dans sa maison.

 

Je continue mon parcours pour arriver au premier PC : TIMICHI situé au 20 kil au fond de la vallée à travers un parcours sinueux alternant bosses et creux, un petit arrêt où je prends quelques biscuits salés et un verre de coca puis je reprends le chemin, le parcours, jusqu’ici commun au Trail de l’Oukaïmeden se sépare, et prolonge l’exploration de la vallée à travers une succession de villages.

 

Le dernier d’entre eux Tadrart, marquera le retour sur une piste pour une distance de 7 kms, jusqu’au passage de gué de l’oued Ourika.

 

De là nous attaquons alors un des secteurs les plus magiques et les plus difficiles, avec une zone de plus de 40 km sur sentier sans la moindre route ni piste.

 

L’amorce se fait par un sentier à forte déclivité où la "foulée" se fait petite voir même se transforme en marche, jusqu’au village de Tamatert. Après un replat de courte durée, on gravi le second col de la journée.

 

La chaleur se fait déjà sentir ainsi que l’air  sec assèche la gorge et me force à boire pas mal de petite gorgée d’eau.

 

J’arrive à l’azib Assaka et son magnifique pont en pierre, puis on attaque le chemin qui  permet d’atteindre le col d’Amenzel et juste derrière le village du même nom, qui est le village le plus reculé du Haut Atlas, isolé mais foisonnant de vie !

 

La suite et une succession de montées et de descentes pour atteindre le col Oumchichka à travers un sentier qui se dessine dans un pierrier.

 

 

Au sommet, une nouvelle vallée se dessine, mais ne s’offrira à la contemplation qu’après quelques centaines de mètres.

 

Enfin on retrouve une alternance de descentes à flancs et dans la pente, et traverse les premiers azibs (abris de bergers).

 

Après un nouveau passage de gué, vous arriverez au lieu-dit Azib Likemt où est établi un ravitaillement et le poste médical avancé où il est possible de faire un courte pause pour une brève collation, le temps de refaire le plein de liquide. Mais certains préféreront s’établir quelques instants, ou choisiront d’y rester pour quelques heures de sommeil bien méritées, pour ma part je refais le plein d’eau et décide de reprendre la route après avoir collationné car la nuit fait son apparition.

 

Et la suite est dure car on se trouve au pied d’une montagne qui faut gravir pour pouvoir atteindre le pied du géant du jour, le Tizi n’Tarharate qui culmine à 3456m, qu’il est loin le sommet, la première montagne qui faut gravir n’est que le Tizi n’Tifourhate, la nuit fait son apparition au fur et à mesure que je monte.

 

Ça y est premier mont passé j’attaque la deuxième ascension qui est sans nul doute la plus exigeante de la journée mais tout va bien je passe quelques coureurs qui ont mis leurs organismes, comme leurs moral à rude épreuve lors des premiers kilomètres de plus la nuit s’est bien installé.

 

Tout en montant j’encourage les quelques coureurs en complète perdition, certains décident de se poser quelques temps, moi je continue coûte que coûte car le vent décide de souffler plus fort que dans la journée ça n’amène rien de bon augure.

 

ça y est la monté avalée j’attaque la descente technique heureusement de nuit, car elle se dessine dans la pénombre de la lune comme bien raide 1200 M D- sur 4 kms.

 

 Le passage du Tizi n’Tarharate est sans aucun doute, la plus grosse difficulté de l’UTAT.

 

Puis nous arrivons sur un magnifique et large sentier, principal accès au Jbel Toubkal (4167m). que nous emprunterons dans le sens de la descente, jusqu’au Cirque d’Around et les premiers signes d’habitations humaines.

 

Après le passage d’un large lit de rivière, direction Imlil, d’abord par une courte piste, puis à travers un sentier qui cheminera rapidement sous d’épais noyers et qui amène au centre du village.

 

Premier contact avec le goudron, durant 1km pour atteindre le PC. avec sa soupe énergétique harira et son thé à la menthe !

 

88,5 km dans les jambes, la suite du parcours se prolonge dans la vallée, sur un sentier en bord de rivière jusqu’au village d’Aguersioual qui marque de début de l’ascension de l’avant dernier col qui culmine à près de 2 200m.

 

Nouvelle vallée, nouvelle rivière, nouveau village Amskere. Après une courte descente facile et une petite remontée à travers les noyers et les rues du village.

 

Dernier PC et dernière difficulté : l’ascension vers l’Oukaïmeden !

 

A ce moment là je récupère un coureur qui n’en peut plus je l’encourage et lui propose de finir ensemble, ce sera plus facile pour lui d’avoir un lièvre, ici changement d’ambiance totale, l’évolution se fait sur une terre rouge, Un faux col de franchi, un petit relief à contourner et voilà en visuel le dernier col à atteindre : le Tizi Oukaïmeden.

 

C’est alors que notre dernière montée s’entame, nous nous rapprochons de l’objectif, je vois les  drapeaux rouges et vert qui battent au grès du vent qui indique l’arrivée, bientôt la vue du campement, point de départ de cette boucle  magnifique.

 

 

Il ne reste que 1 kilomètre de joie et de satisfaction je passe la ligne en 20H00 pile à la 18 ème place,  9 ème SeM, 15 ème hommes à une allure de  5.25 km/h accompagné de l’autre coureur qui me remerciera de l’avoir poussé au bout lui qui voulait abandonner.

 

Direction le foyer où une collation m’attends puis direction la douche et la tente pour quelques heures de sommeil avant de voir le départ du 26 kms comptant pour le challenge auquel un ami que j’ai rencontré participe (Chérif YOUSSFI)

 

Photo souvenir où je suis avec les 2 premiers Dawa Sherpa (Centre) et Oscar Perez Lopez (à gauche)

 

 

Superbe course et magnifique séjour au MAROC, je le conseille, d’ailleurs à l’heure où j’écris ces derniers mots mon inscription est validée par l’organisation pour l’édition 2013.

 

Stf du Team



09/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres